REGARDS SUR LA VILLE

Nous avons choisi cette année le thème de la ville. Une ville, ça vit, ça prospère, ça meurt parfois.
Une ville inclut sans cesse de nouveaux éléments, de nouveaux habitants, elle exclut aussi, et toujours elle s’inscrit dans la chair de ceux qui y vivent et se souviennent.
Les films choisis ne sont ni touristiques, ni proprement historiques, ce sont des films qui proposent une diversité de regards singuliers, originaux sur une dimension particulière d’une ville.


Dans cette sélection se côtoient des films du passé sur :
- Nice à travers le montage plein d’humour de Jean Vigo,
- Berlin, sous forme de poème symphonique de Walter Ruttmann,
- Liverpool, ode à sa ville natale de Terence Davies.
Et des films plus récents sur :
- Porto sous le regard énigmatique des goélands,
- Tokyo vu par ceux qui en sont exclus,
- Beyrouth traversé par trois récits de femmes qui lui donnent une épaisseur historique et mémorielle,
- Bruxelles dans la diversité de ses facettes, de ses langues et de ses habitants,
- Barcelone en mutation incessante, sous les regards entrecroisés de ceux qui détruisent, construisent et de ceux qui y vivent encore.
À chaque fois le (ou la) réalisateur(trice) nous offre une oeuvre cinématographique singulière qui nous révèle les possibilités infinies du cinéma documentaire.

////////////////////

Jeudi 30 novembre à 20h30

Ciné-Poche, 97 Grande-Rue (Cité Plantagenêt)

> BERLIN, SYMPHONIE D'UNE GRANDE VILLE

Réalisation : Walther RUTTMANN

1927, 79 min

berlin die sinfonie der grosstadt original Aux ecrans du reel 2017De l’aube jusqu’au soir, Walter Ruttmann dessine le portrait de la capitale allemande des années 20 alors en plein essor. Cette symphonie en 5 actes invente le cinéma en tant qu’art visuel grâce aux recherches sur les cadrages, les trucages optiques et le montage, sans oublier la musique en harmonie étroite avec l’image.

////////////////////

Vendredi 1er décembre à 18h

Ciné-Poche, 97 Grande-Rue (Cité Plantagenêt)

> OUR CITY

Réalisation : Maria TARANTINO

2015, 83 min

Bruxelles Aux ecrans du reel 2017Portrait mosaïque de Bruxelles en perpétuelle reconstruction, collage subjectif qui révèle à l’écran une ville aux multiples facettes à travers ceux qui l’habitent, la traversent et l’investissent de leur imaginaire : un poète iranien chauffeur de taxi, une artiste africaine, des aristocrates russes, des travailleurs turcs, bulgares, portugais sur un chantier, … tous belges. Film mélancolique et gracieux qui promène un regard horizontal par association d’idées ou de structures visuelles et qui, de ces identités d’entre deux mondes et de ces territoires chaotiques, crée un monde profondément émouvant.

////////////////////

Vendredi 1er décembre à 21h

Ciné-Poche, 97 Grande-Rue (Cité Plantagenêt)

> EN CONSTRUCCION

Réalisation : José Luis GUERIN

2001, 125 min

Barcelone Aux ecrans du reel 2017Tourné sur 18 mois au cours de la construction d’un immeuble moderne, au coeur du Barrio Chino de Barcelone, En construcción raconte la mutation sociale et la disparition d’un quartier, d’une culture. Cette chronique tournée presque exclusivement en plans fixes d’une grande rigueur esthétique, met en scène les travailleurs du chantier et les derniers habitants du quartier.
Le regard posé sur les uns et les autres est toujours attentif, parfois amusé et porte une réflexion sur le temps qui passe, la nonpermanence des lieux et des êtres.

////////////////////

Samedi 2 décembre à 14h

Ciné-Poche, 97 Grande-Rue (Cité Plantagenêt)

> A PRAGA-LA PLAIE

Réalisation : Hélène ROBERT, Jeremy PERRIN

2013, 74 min

Porto Aux ecrans du reel 2017Des goélands dans la ville de Porto. Des pêcheurs les nourrissent, des scientifiques les observent, les habitants... Des rumeurs s’installent, les récits se succèdent, enflent au point de ne plus distinguer le vrai du faux et se répondent avec poésie, dévoilant peurs et fantasmes au travers de légendes animales. Il est question ici d’une lutte acharnée pour le territoire.

////////////////////

Samedi 2 décembre à 16h

Ciné-Poche, 97 Grande-Rue (Cité Plantagenêt)

> TOKYO BLUE

Réalisation : Sylvain GARASSUS

2014, 72 min

Tokyo Aux ecrans du reel 2017Depuis des années près de cinquante SDF vivent au bord de la rivière Arakawa au Nord de Tokyo, dans de petites maisons de toile bleue qu’ils se sont construites. Sylvain Garassus s’est installé au milieu d’eux et filme le quotidien de Takeda San et de ses compagnons menacés d’expulsion de Kasenjiki [L’endroit au bord de la rivière]. Une histoire de misère et de dignité dévoilant une réalité peu connue au Japon.

////////////////////

Samedi 2 décembre à 18h

Ciné-Poche, 97 Grande-Rue (Cité Plantagenêt)

> OFF TIME AND THE CITY

Réalisation : Terence DAVIES

2008, 72 min

Liverpool Aux ecrans du reel 2017 2En partie en noir et blanc, ce film dessine l’histoire de trois décennies cruciales pour l’Angleterre.
S’appuyant sur un montage d’archives et de prises de vues actuelles, Terence Davies égrène les souvenirs du Liverpool des années 40-50 qui l’a vu grandir, rythmés par des chants et soutenus par des choix musicaux bouleversants. Pour qui se laisse emporter, Of Time and the City est une absolue merveille, à l’image de cette consolation de Liszt qui ferme le film et nous émeut aux larmes. Et il y a le texte magnifique de Davies, invitation faite aux profanes à se réapproprier le sacré, si longtemps confisqué par la seule religion. Un texte tour à tour acerbe, drôle, désenchanté, poignant, lyrique, iconoclaste, irrévérencieux.
Ce film-poème est l’une des oeuvres les plus étonnantes que le cinéma anglais nous ait offertes ces vingt dernières années.

////////////////////

Samedi 2 décembre à 20h45

Ciné-Poche, 97 Grande-Rue (Cité Plantagenêt)

> À PROPOS DE NICE

Réalisation : Jean VIGO, Boris KAUFMAN

1930, 28 min, film muet

A propos de Nice 07 Aux ecrans du reel 2017Film muet sur le Nice d’entre les deux guerres : celui des classes populaires de la vieille ville et celui des nantis de la promenade des Anglais. Des images cocasses donnent à voir un monde dérisoire qui va sombrer. Un film politique et poétique, vibrant et audacieux où Vigo assume son « point de vue documenté ».

 

 

> SOUS UN CIEL LUMINEUX DE SON PAYS NATAL

Réalisation : Franssou PRENANT

2002, 48 min

Beyrouth Aux ecrans du reel 2017Tourné en 1995, avant que le centre de Beyrouth ne soit rasé et reconstruit, ce film montre les trous, les béances flottantes, les décombres des splendeurs en lambeaux. Pourtant la vie continue, les enfants plongent, la mer rassure et nettoie. Trois voix de femmes se relaient pour parler de leur ville, du ciel lumineux de leurs souvenirs, de leurs rêves. Leurs paroles montent à l’assaut du temps et de l’histoire et disent leur attachement intemporel à leur pays natal.

 

////////////////////

REGARDS SUR LA VILLE / LES AUTEURS

Nathalie Rosseti Turi Finocchiaro Aux ecrans du reel 2017Nathalie ROSSETTI a travaillé comme scénariste et assistante à la réalisation en Italie et Belgique. À partir de 2000, avec son mari Turi Finocchiaro, ils réalisent et produisent leurs propres documentaires de création.(…)
Elle s’intéresse surtout aux sujets liés à l’art, l’anthropologie et la justice.

Turi FINOCCHIARO régisseur, directeur de production à Rome pendant 20 ans. En 1998 il commence à produire ses premiers documentaires. En 2004 il retourne en Belgique et collabore avec Nathalie Rossetti. Choeurs en exil est leur sixième documentaire. En 2007 ils créent en Italie le Faito Doc Festival, un Festival International du documentaire.

////////////////////

Ruttman Aux ecrans du reel 2017Walther RUTTMANN (1887-1941) réalise dans les années 20 quelques films abstraits mais c’est avec Berlin, symphonie d’une grande ville qu’il se fait une place dans l’histoire du cinéma allemand. Quelques années plus tard, il adhère à l’idéologie du IIIe Reich et devient l’auteur de films de propagande pour Goebbels.

 

 ////////////////////

Maria Tarentino photo Aux ecrans du reel 2017Maria TARANTINO née à Milan en 1972, s’oriente vers le cinéma en 2009. Son premier film Inside Out analyse les relations de pouvoir à l’intérieur d’une prison italienne, puis Kubita, la torture dans les prisons du Burundi. Elle monte
la maison de production Wildundomesticated et se consacre pendant cinq ans à la longue aventure de Our City.

////////////////////

foto Guerin Id Aux ecrans du reel 2017José Luis GUERIN né à Barcelone en 1960, réalisateur, scénariste et monteur. Après avoir réalisé En
construcción prix Goya du meilleur documentaire en 2001, il passe à la réalisation de longs-métrages de fiction.

////////////////////

imagesId Aux ecrans du reel 2017Hélène ROBERT diplômée des Beaux-arts de Caen et de Marseille, travaille comme photographe. Elle réalise un reportage sur le personnel pénitentiaire après une longue immersion dans la prison de Château-Thierry puis son premier court-métrage documentaire avec Elisabeth Pawlowski, Tout n’est pas le contraire de rien.

////////////////////

Perrin Aux ecrans du reel 2017Jeremy PERRIN : Institut d’Etudes Politiques de Grenoble, Conservatoire de musique de Lyon. Il a produit une série de reportages radiophoniques pour le festival Jazz à Vienne. La rencontre avec Hélène Robert lors d’un atelier d’écriture au Portugal fait naître l’idée d’un documentaire autour des légendes animales et urbaines.

////////////////////

sylvain garassus Aux ecrans du reel 2017Sylvain GARASSUS, chef opérateur et réalisateur a surtout travaillé dans le domaine du documentaire animalier. Vit entre la France et le Japon depuis 10 ans. Il a réalisé : Grandeurs Nature (2016), Un matin sur terre (2015) et Apron, l’incroyable aventure d’un poisson sentinelle (2014).

  ////////////////////

Terence Davies Aux ecrans du reel 2017Terence DAVIES né en 1945, il, a passé son enfance dans le milieu populaire de Liverpool. Il réalise entre
1976 et 1983 trois courts-métrages qui deviendront The Terence Davies Trilogy, suivis de Distant Voices, Still Lives et The Long Day Closes. Of time and the city en 2008, marque le grand retour du cinéaste à cette veine biographique.

  ////////////////////

jean vigo Aux ecrans du reel 2017Jean VIGO avec 4 films seulement influencera nombre de cinéastes dont Renoir, Buñuel et Truffaut. Fils d’un anarchiste assassiné dans des conditions obscures, il sera un cinéaste maudit : Zéro de conduite (1933) censuré, L’Atalante (1934) mutilée. Il meurt très jeune et reste porteur d’un cinéma social subversif entre la poésie et la révolte. Boris KAUFMAN, directeur de la photographie (qui serait le frère cadet de Dziga Vertov) émigré en France en 1927, fait la connaissance de Vigo à Nice et collabore avec lui sur 3 de ses 4 films.

////////////////////

Franssou Prenant idFranssou PRENANT fait ses études de cinéma à l’IDHEC. Elle a travaillé comme scripte avec Robert Bresson, comme monteuse avec Romain Goupil et Raymond Depardon, comme actrice avec Marco Ferreri et avec Raymond Depardon dans Empty Quarter.
Elle tourne des documentaires depuis 1975.

////////////////////